Technologies de l'information et de la communication et formation documentaire

Technologies de l'information et de la communication et formation documentaire

L’intensification et la dissémination des TIC ont eu pour conséquence d’accroître les exigences en matière de développement des compétences informationnelles au sein de la société contemporaine (IFLA, 2005). Plusieurs auteurs mentionnent que le développement des compétences informationnelles chez les étudiants est tributaire de leur capacité à exploiter les TIC (Cheney, 2004; Detlor et al., 2011; Dixon-Thomas, 2012; Lebrun et al., 2007; Magnuson, 2013; Millet et al., 2009).

 

Certains auteurs identifient le développement de compétences liées à l’usage des TIC comme un résultat important à considérer dans la définition des objectifs d’apprentissage de la formation documentaire. En voici quelques-uns:

capacité à exploiter le système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB): le langage documentaire, le vocabulaire contrôlé et l’interrogation du système (Hill, 1999);

identifier les bénéfices de l’exploitation des applications technologiques collaboratives (King, 2011);

connaître les impacts éthiques de l’usage d’un environnement numérique d’apprentissage (Gagnon-Mountzouris, 2011a).

 

Certains auteurs reconnaissent l’apport positif des TIC exploitées dans les formations documentaires (Collège Jean de Brébeuf, 2008; Magnuson, 2013; Pelikan, 2004).

 

Le Collège Jean-de-Brébeuf (2008) a proposé un environnement numérique d’apprentissage axé sur le développement des habiletés technologiques et informationnelles (Projet Certitude) destinés aux étudiants admis dans les programmes préuniversitaires. La conception de cet outil s’est appuyée sur le Profil REPTIC (2011) du réseau des établissements collégiaux québécois. L’étudiant doit franchir diverses étapes d’un parcours prédéfini avant son entrée à l’université.

 

Magnuson (2013) a réalisé une étude de cas sur l’intégration de quatre outils technologiques collaboratifs (Glogster, PBworks, Diigo et Prezi) dans un cours en ligne de 2e cycle visant le développement des compétences informationnelles. Les données recueillies portaient sur les activités du cours, l’environnement numérique d’apprentissage (ENA), les travaux à remettre en ligne, les courriels, les discussions en ligne (forums) et l’utilisation de sondages. Les données de l’étude démontrent que l’usage de ces outils technologiques collaboratifs a favorisé le développement des compétences informationnelles chez les étudiants.

 

Scharf, Elliot, Huey, Briller et Joshi (2007) à la New Jersey Institute of Technology ont développé un modèle d’évaluation des compétences informationnelles des étudiants à partir de l’utilisation d’un portfolio. L’expérimentation de ce modèle a démontré que les étudiants présentaient des lacunes en matière de compétences informationnelles et que le développement de ces compétences doit s’appuyer préalablement sur la mise en œuvre d’un processus rigoureux d’évaluation continue.

 

Sharma (2007) propose une étude de cas sur l’utilisation du portfolio comme outil d’encadrement de la formation documentaire. Selon cet auteur, cet outil technologique permet un parcours structuré et progressif pour favoriser l’apprentissage centré sur l’étudiant et faciliter l’évaluation des CI.

 

Karsenti et al. (2007) se sont attardés à mieux saisir les défis visant à susciter l’intérêt des étudiants lors de l’intégration des TIC dans la pédagogie universitaire pour favoriser la persévérance et la réussite aux études. En se référant à la méta-analyse de Balanskat, Blamire et Kefala (2006), ces auteurs constatent que l’impact des TIC sur la réussite étudiante est peu documenté. Afin de développer des connaissances portant sur l’intérêt des étudiants à l’égard des TIC utilisées, ces auteurs ont évalué la perception des étudiants à cet égard à l’aide d’un questionnaire regroupant les 13 types de perceptions suivants (Karsenti et al., 2007, p. 40-41):

1.l’utilité des TIC pour améliorer la communication avec les professeurs;

2.l’utilité des TIC pour améliorer le feedback reçu du formateur universitaire;

3.l’utilité des TIC pour améliorer la collaboration avec les autres étudiants;

4.l’utilité des TIC pour améliorer la présentation et l’organisation des travaux;

5.l’utilité des TIC pour améliorer la compréhension des contenus vus en classe;

6.l’utilité des TIC pour approfondir les contenus vus en classe;

7.l’utilité des TIC pour augmenter l’intérêt et la motivation pour un cours;

8.l’utilité des TIC pour apprendre plus rapidement;

9.l’utilité des TIC pour amener les étudiants à consacrer plus de temps à leurs travaux scolaires;

10. le fait de recommander ou non à un pair un cours où le formateur ferait usage des TIC;

11. l’obtention de meilleures résultats scolaires quand les TIC sont utilisées par le formateur universitaire;

12. l’impact des TIC sur de meilleurs apprentissages.

 

Les résultats obtenus lors de cette étude démontrent que ce sont exactement la moitié des étudiants ayant participé à l’enquête qui considèrent que les TIC sont susceptibles d’améliorer de façon globale les apprentissages réalisés dans les cours à l’université (Karsenti et al., 2007, p. 55).

 

Julien et al. (2013) mentionnent que les pratiques de formation documentaire faisant usage des TIC requièrent un environnement doté de ressources matérielles et informatiques de qualité pour répondre de manière spécifique aux divers besoins des bibliothécaires-formateurs: locaux adéquats, ordinateurs en nombre suffisant, accès rapide aux bases de données spécialisées des différents domaines, logiciels variés et à jour.

 

Considérant l’importance de l’appropriation des TIC dans le développement des compétences informationnelles, les bibliothécaires-formateurs se doivent de développer leurs compétences en la matière (Shank, 2004).