Plan d'analyse des données

Sur la base des recommandations de Polit et Beck (2006) et de Lynn (1986), le traitement des données collectées a été effectué sur une base dichotomique. Le tableau 19 présente, pour chacune des échelles de Likert utilisées pour la mesure de la clarté, de la pertinence et de l’importance, le code numérique attribué à chacun des points d’ancrage.

 

Tableau 19: Codes numériques attribués aux points d’ancrage des échelles de mesure utilisées

 

Codes numériques choix de réponses

 

Lorsque les réponses obtenues correspondaient aux valeurs 3 et 4, la valeur binaire «1» était retenue (pour signifier un succès); lorsque les réponses correspondaient aux valeurs 1 et 2, la valeur binaire «0» était accordée (pour signifier un échec). Par la suite, un indice de validité de contenu à l’échelle d’un item (Item Level – Content validity index [I-CVI]) a été calculé (Lynn, 1986; Polit et Beck, 2006; Polit, Beck et Owen, 2007) à l’aide de l’équation suivante:

 

Équation 1: Calcul de l’indice de validité de contenu à l’échelle d’un item

 

Equation 1

 

Cet indice de validité de contenu peut varier de 0 à 1. Pour être retenu, un énoncé de critère devait se voir attribuer un I-CVI d’au moins 0,8 simultanément pour la mesure de la clarté, de la pertinence et de l’importance par au moins un groupe d’experts, soit les bibliothécaires ou les professeurs. Cette valeur représentait un degré de consensus de 80 % de la part du groupe d’experts consultés. Lorsqu’un critère ne satisfaisait pas un I-CVI > de 0,8, il pouvait quand même être soumis à une seconde consultation auprès des experts dans les cas suivants:

un ou des I-CVI obtenus pour la clarté, la pertinence ou l’importance se situait dans la plage 0,6…0,79;

un énoncé de critère devait être reformulé sur la base de commentaires formulés par les experts.

 

Dans le cas où un critère était soumis à nouveau, les experts étaient informés des résultats obtenus lors de la première consultation. Cette technique permet d’augmenter la magnitude du consensus (à la baisse ou à la hausse) chez les experts, et ce, afin de confirmer le rejet ou l’acceptation de l’énoncé de critère à l’étude. Le figure 6 présente un exemple d’un critère soumis à nouveau aux experts en raison d’un faible résultat obtenu lors de la première consultation pour la pertinence seulement. Dans ce cas de figure, la seconde consultation ne portait que sur cet attribut.

 

Figure 6

Figure 6: Exemple d’un critère resoumis pour vérifier l’opinion des experts au regard d’un attribut n’ayant pas atteint le seuil d’acceptation lors de la première consultation

 

Dans le cas où un critère a dû être reformulé, les experts ont été invités à se prononcer à nouveau, à la fois sur la carté, la pertinence et l’importance, et ce, afin de vérifier si la nouvelle formulation affectait l’opinion des experts sur la pertinence et l’importance accordées au critère. La figure 7, présente un exemple d’un critère reformulé et soumis à la seconde consultation des experts.

 

Exemple critere reformulé

Figure 7: Exemple d'un critère reformulé et soumis à la seconde consultation des experts