Le contexte

Le contexte est défini par les conditions dans lesquelles agit l’acteur (quelles ressources sont mises à sa disposition? quelles sont les contraintes avec lesquelles il doit composer?), les moyens mis à la disposition de l’acteur pour parvenir à ses fins, et finalement, des niveaux d’évaluation de la qualité que l’on peut retrouver sur le plan de la gouvernance de proximité (niveau opérationnel), de la gouvernance d’ensemble au sein d’un établissement (niveau stratégique) ou sur le plan de la gestion réseau.

 

Comme le stipulaient Haddad et al. (1997) en parlant de la qualité, «…sa mesure ne peut se produire qu’en tenant compte de son caractère contextuel». Il s’agit «d’une quête du possible qui devient fonction des connaissances et des ressources, ainsi que du souhaitable, qui est fonction des valeurs du moment ou de certaines particularités culturelles» (Brunelle et Saucier, 1999, p. 11). La qualité ne peut donc s’évaluer qu’en tenant compte du contexte dans lequel se déroulent les opérations. Il importe donc de comprendre le contexte dans lequel évoluent les acteurs afin de pouvoir poser un jugement éclairé sur la qualité (en fonction du possible dans un contexte donné).

 

En matière de pratiques de formation documentaire, il existe plusieurs niveaux d’évaluation. Il peut être mentionné à titre d’exemples le niveau opérationnel (la formation documentaire donnée dans le cadre d’un cours universitaire), des niveaux hiérarchiques supérieurs qu’ils soient tactique (la gestion d’un service de bibliothèque pour l’ensemble des activités offertes) ou bien encore du niveau stratégique (les stratégies adoptées en matière de développement des compétences informationnelles au sein d’un établissement ou à l’échelle du réseau).

 

Dans le cadre de la présente recherche, il a été convenu de retenir deux niveaux d’évaluation de la qualité des pratiques de formation documentaire, soit l’échelle du réseau de l’Université du Québec, puisque plusieurs établissements ont été sollicités pour participer à ce projet de recherche, et l’échelle «locale», c’est-à-dire au niveau de chacun des établissements participants. Pour ce qui est des conditions dans lesquelles les pratiques de formation documentaire sont opérationnalisées et des contraintes avec lesquelles les acteurs doivent composer, elles ont été prises en compte par les divers cercles de qualité qui ont été mis sur pied localement lors de l’évaluation des résultats de qualité.