La synthèse des écrits pertinents

La synthèse des écrits pertinents

Peu d’auteurs se sont penchés sur la qualité des pratiques liées au développement de compétences informationnelles chez les étudiants. Les études sur ce sujet sont, du reste, inexistantes au sein du réseau de l’Université du Québec, et ce, malgré que le développement des compétences informationnelles ait un impact réel sur la réussite des étudiants (Coulon, 1999).

 

Plusieurs auteurs ont cependant démontré que les étudiants présentaient d’importantes lacunes en matière de compétences informationnelles (Gervais et Arsenault, 2005; Kennel, 2016; Lebrun, Perreault, Verreault, Morin, Raby et Viola, 2007; Mittermeyer et Quirion, 2003; Ouellet, Sylvain et Bélanger, 2012a, 2012b; Roy et Sauvé, 2007). Afin de remédier à ce problème, certains auteurs recommandent des pistes de solution. Par exemple, Jacobs et Jacobs (2009) soutiennent que la collaboration entre les bibliothécaires-formateurs et les enseignants universitaires au niveau de la conception de la formation apparaît comme un enjeu majeur influant sur la qualité des pratiques de formation documentaire. Lindstrom et Shonrock (2006) recommandent d’adapter les pratiques pédagogiques aux besoins des étudiants et Hsieh, McManimon, et Yang, (2013) ainsi que Jacobs et Jacobs (2009) suggèrent, quant à eux, d'identifier les besoins de formation documentaire des étudiants dès leur admission à l’université afin de connaître leur niveau de compétences informationnelles. L’ACRL, (2011, 2003) et le Council of Australian University Librarians (CAUL, 2004) ont publié des lignes directrices permettant de déterminer les meilleures pratiques à intégrer dans un programme institutionnel de formation documentaire. Plusieurs auteurs ont proposé des guides pour évaluer la qualité des pratiques de formation documentaire (ACRL, 2015, 2010; Detlor, Booker, Serenko, et Julien, 2012; Detlor, Julien, Willson, Serenko et Lavallee, 2011, Julien, Detlor, Serenko, Willson et Lavallee, 2009). D’ailleurs, parmi ces auteurs, certains recommandent la mise en œuvre de pratiques d’évaluation des formations documentaires ou des apprentissages en matière de compétences informationnelles chez les étudiants. Les principaux objectifs poursuivis sont les suivants: connaître les besoins des étudiants (Hsieh, McManimon, et Yang, 2013; Jacobs et Jacobs, 2009; Lindstrom et Shonrock, 2006), permettre à l’étudiant de connaître son potentiel (Knight, 2002; Oakleaf, 2012) ou bien connaître l’apport des formations documentaires dans le développement des compétences informationnelles chez les étudiants (Karsenti, Villeneuve, Raby, Weiss Lambrou, et Meunier, 2007). Le développement des compétences informationnelles doit préalablement s’appuyer sur la mise en œuvre d’un processus rigoureux d’évaluation continue (Scharf, Elliot, Huey, Briller et Joshi, 2007).

 

Force est de constater que le problème à l’étude a fait l’objet d’une multitude de publications ayant pour but de recommander des pistes de solutions fort variées. Or, tel que précisé précédemment, il n’existe actuellement aucun consensus entre les experts impliqués dans le développement des compétences informationnelles des étudiants sur les meilleures pratiques à mettre en œuvre afin de développer les compétences informationnelles transversales et disciplinaires chez les étudiants. La pertinence du présent projet réside donc dans l’établissement d’un consensus entre les divers experts du réseau de l’Université du Québec impliqués dans le développement des compétences informationnelles.