Évaluation des compétences informationnelles

Évaluation des compétences informationnelles

Fielden et Foster (2010) mentionnent que le succès d’un programme de formation documentaire ne repose pas uniquement sur la prestation ou sur l’efficacité du bibliothécaire-formateur, mais que le recours à l’évaluation des compétences informationnelles est aussi un facteur clé de réussite lié à l’accomplissement d’un ensemble d’actions que l’on doit réaliser pour en arriver à des résultats scolaires.

 

Farkas et Hinchliffe (2013) proposent de développer chez les bibliothécaires-formateurs une culture de l’évaluation des apprentissages pour leur permettre de démontrer la valeur de leurs prestations aux yeux des administrateurs et du corps professoral. En effet, les résultats des évaluations permettraient de démontrer la contribution du Service de la bibliothèque dans le processus d’apprentissage des compétences informationnelles chez les étudiants. Ces auteurs estiment que pour insuffler une culture de l’évaluation, la direction du Service de bibliothèque doit assurer un leadership et démontrer une volonté en ce sens. Ils dénotent l’importance de former les bibliothécaires-formateurs et d’octroyer les ressources matérielles afin de leur permettre d’atteindre cet objectif.

 

Gratch Lindauer (2004) évoque des arguments similaires à ceux exprimés par Farkas et Hinchliffe (2013). Elle présente un cadre conceptuel afin de démontrer comment l’évaluation des apprentissages doit être réalisée en tenant compte de son environnement de façon à obtenir le soutien des instances décisionnelles et la collaboration des enseignants universitaires. Ce modèle démontre l’importance d’évaluer non seulement les effets obtenus chez les étudiants en matière de développement des compétences informationnelles, mais aussi d’évaluer l’environnement d’apprentissage ainsi que les composantes du programme de développement des compétences informationnelles. La figure 1 présente ce cadre conceptuel.

 

The three arenas

Figure 1: The Three Arenas of Information Literacy Assessment (Gratch Lindauer 2004; p. 123)

 

Bien que les objectifs retenus dans la réalisation de la présente recherche ne portent pas spécifiquement sur l’évaluation des apprentissages des étudiants, plusieurs arguments justifiant le recours à l’évaluation des compétences informationnelles chez les étudiants ont pu être recensés dans la littérature. Parmi ceux-ci, les raisons les plus couramment évoquées sont les suivantes:

connaître les besoins des étudiants (Hsieh et al., 2013; Jacobs et Jacobs, 2009; Lindstrom et Shonrock, 2006);

permettre à l’étudiant de connaître son potentiel d’action à propos de l’accomplissement de tâches nécessitant la maîtrise de certaines compétences informationnelles, ses forces et ses faiblesses (Knight, 2002; Oakleaf, 2012);

connaître l’apport des formations documentaires dans le développement des compétences informationnelles auprès des étudiants (Karsenti et al., 2007);

favoriser l’engagement des étudiants dans la maîtrise des compétences informationnelles (Brendle-Moczuk, 2006; Cheney, 2004; Cook et Walsh, 2012; Detlor et al., 2012; Sanderson, 2011);

établir un consensus sur les objectifs et les contenus des formations documentaires auprès des étudiants (Jacobs et Jacobs, 2009; Lindstrom et Shonrock, 2006; Lupton, 2004) entre bibliothécaires (Bewick et Corrall, 2010; Dixon-Thomas, 2012).

 

De nombreuses initiatives en matière de développement d’instruments de mesure et d’outils d’évaluation des compétences informationnelles auprès d’étudiants ont également été recensées. À titre informatif, le lecteur pourrait consulter les références suivantes:

Au Québec: (April et Beaudoin, 2006; Collège Jean de Brébeuf, 2008; Direction des bibliothèques de l’Université de Montréal, 2006; Durnin et Fortier, 2008; Fournier, 2007; Gagnon-Mountzouris, 2011b; Gervais, 2004; Gervais et Arsenault, 2005; Levasseur, 2012; Mittermeyer et Quirion, 2003; Télé-université et Université du Québec, 2006).

Hors Québec: (Burkhardt, 2007; Byerly, Downey et Ramin, 2006; Chapman, Pettway et White, 2001; Daugherty et Russo, 2011; Gratch Lindauer, 2004; Hufford, 2013; Knight, 2002; Lupton, 2004; Martin, 2008; Oakleaf, 2013, 2009, 2008; Ren, 2000; Scharf et al., 2007; Snavely et Wright, 2003; Sobel et Sugimoto, 2012; Wootton Colborn et Cordell, 1998).

 

Évaluer les compétences informationnelles dans le cadre des formations documentaires représente une bonne pratique pour Cooney et Hiris (2003). Ces auteurs ont publié une grille d’évaluation des compétences informationnelles. Cette grille est constituée d’une liste de contrôle portant sur 20 indicateurs destinés à évaluer les compétences informationnelles (Cooney et Hiris, 2003, p. 227-228) est présentée au tableau 16.

 

Tableau 16: Liste de contrôle portant sur 20 indicateurs pour évaluer les compétences informationnelles (Cooney et Hiris, 2003; p. 227-228)

 

Liste de controle sur 20 indicateurs