Déroulement des activités de recherche

Déroulement des activités de recherche

Ce projet de recherche a fait l’objet d'une grande attention de la part du milieu documentaire au sein du réseau de l’Université du Québec. Dès que la question de la mesure de la qualité des formations documentaires a été mise de l’avant, nous avons ressenti une grande appréhension de la part des bibliothécaires-formateurs qui craignaient légitimement que le processus de mesure de la qualité des pratiques de formation documentaire puisse se traduire par une mesure de leurs compétences professionnelles. Leurs craintes portaient également sur le fait que les résultats de cette mesure pouvaient éventuellement servir de base pour une évaluation par leur supérieur.

 

Cette crainte a également été soulevée par le Comité d'éthique de la recherche avec des êtres humains de l’UQAR. En effet, des précisions ont été demandées par ce comité relativement au fait que les données collectées pendant les formations documentaires allaient être compilées et retournées à la direction du Service de la bibliothèque pour une évaluation par un cercle de qualité dont la composition suggérée comprenait le directeur du Service de la bibliothèque, deux bibliothécaires-formateurs, deux enseignants universitaires et deux étudiants. Les craintes du comité d’éthique reposaient sur le fait qu’il pouvait être possible d’identifier des bibliothécaires-formateurs et que la direction du Service de la bibliothèque pourrait utiliser ces résultats à des fins évaluatives.

 

Une réponse étoffée a été fournie au comité d’éthique afin de préciser davantage la manière dont les règles éthiques devaient être respectées. À cet effet, les arguments suivants lui ont été présentés:

Les données publiées ne comporteront que les résultats obtenus à l’échelle du réseau rendant ainsi aucune identification possible des bibliothécaires-formateurs participants.

Toutes les données inscrites dans les commentaires pouvant potentiellement permettre l’identification d’un bibliothécaire-formateur seront retirées des commentaires publiés.

Le but du projet de recherche vise à dégager un portrait réseau de la qualité des pratiques de développement des compétences informationnelles ne permettant pas l’identification des données relatives à un établissement.

L’expérimentation de ce projet de recherche reproduit en tout point une pratique actuellement recommandée dans la mise en œuvre d’un programme de gestion de la qualité.

L’évaluation de l’enseignement constitue déjà une pratique courante dans le milieu universitaire tout aussi confrontée au besoin d’assurer la confidentialité des professeurs lors de l’évaluation des enseignements par les modules et les comités de programmes.

Le comité de travail a assuré au comité d’éthique que toute information sera traitée de manière anonyme lorsque possible, sinon de façon confidentielle.

 

Par ailleurs, dès que nous avons pris connaissance du malaise exprimé par les bibliothécaires-formateurs, nous avons immédiatement envisagé un plan d’action visant à mieux informer l’ensemble des participants potentiels. En effet, la participation des bibliothécaires-formateurs s’avérait cruciale pour la réussite de cette étude. Dès lors, un plan de communication a été élaboré afin de mieux informer les directeurs des Services de bibliothèques ainsi que les bibliothécaires-formateurs préalablement à la mise en œuvre de chaque nouvelle étape. Le but recherché consistait à s’assurer d’une compréhension claire du rôle de chacun des participants et des objectifs de l’étude afin qu’elle soit uniforme et partagée au sein de l’ensemble du réseau de l’Université du Québec. À cet effet, ce plan de communication comprenait également des formations qui ont été dispensées aux directeurs de bibliothèques et aux bibliothécaires-formateurs, ainsi qu’un encadrement plus soutenu des participants au fur à mesure de l’évolution du processus de recherche.

 

La mise en place de ce plan de communication et des activités d’encadrement a réellement permis d’atténuer les craintes exprimées par les bibliothécaires-formateurs, car ils étaient maintenant bien au fait des objectifs de l’étude et de leurs rôles et responsabilités. Nul doute dans notre esprit que l’instauration de ce plan d’action et la participation des bibliothécaires-formateurs ont grandement contribué au succès de cette recherche. Certains éléments du plan d’action ont permis de mieux outiller les directeurs des Services des bibliothèques à qui nous avions confié la responsabilité de rendre disponibles au sein de leur établissent les ressources nécessaires à la bonne conduite de ce projet de recherche. En effet, les directeurs des Services des bibliothèques ont eu à fournir des explications supplémentaires à leur équipe de bibliothécaires-formateurs pour mener à bien les activités demandées dans le cadre du projet de recherche et pour en assurer ainsi une plus grande collaboration.

 

Le plan de communication comprenait divers moyens permettant d’assurer une meilleure communication entre le comité de travail et les intervenants appelés à participer de près ou de loin au projet de recherche. Les moyens mis en œuvre étaient les suivants:

séance de formation donnée aux directeurs des Services des bibliothèques ainsi qu’aux bibliothécaires-formateurs sur ce que constitue la mise en œuvre d’un programme d’amélioration continue de la qualité des pratiques de développement des compétences informationnelles (voir le support Powerpoint);

envoi de notes aux directeurs des Services de bibliothèques afin de les informer régulièrement de l’état d’avancement du projet de recherche;

mise en ligne d’un site Web visant à diffuser toutes les informations permettant de mieux renseigner les divers intervenants sur le projet de recherche;

disponibilité accrue du chercheur principal et des membres du comité de travail auprès des divers intervenants;

validation du plan de communication et des activités d’encadrement auprès du comité de pilotage.

 

Les activités d’encadrement mises en œuvre visaient principalement à diminuer le travail clérical requis de la part des bibliothécaires-formateurs dans le cadre de leur participation à notre étude. À titre d’exemples:

des enveloppes de retour des questionnaires ont été préalablement préparées et pré-adressées;

les enveloppes des questionnaires comprenaient déjà le nombre requis de questionnaires pour chacune des séances de formations documentaires préalablement identifiées par les bibliothécaires-formateurs;

chaque enveloppe comprenait également des directives adressées au bibliothécaire-formateur ainsi qu’un mémo explicatif du projet de recherche destiné aux étudiants;

dans chacune des enveloppes, les questionnaires étaient répartis équitablement de manière à optimiser le travail du bibliothécaire-formateur lors de la distribution des questionnaires aux étudiants et aussi afin de s’assurer qu’un nombre équivalant de questionnaires (no 1,2,3,4,5) seraient distribués.

 

L’adoption du plan de communication et des activités d’encadrement auront permis d’assurer un bon déroulement de la phase de mesure de formation documentaire. Les activités d’encadrement quant à elles auront permis une meilleure participation des étudiants en raison du fait que la distribution du questionnaire en fin de formation documentaire pouvait se dérouler rapidement et que les étudiants pouvaient remplir le questionnaire en peu de temps, et ce, toujours dans le temps imparti à la séance de formation.