Conclusion

Cette étude a été conduite suite au constat des directeurs des bibliothèques du réseau de l’Université du Québec à l’effet que, depuis plus d’une décennie, une multitude de pratiques et de ressources très diversifiées ont été déployées dans le but d’optimiser le développement des compétences informationnelles chez les étudiants. Or, ces pratiques et ces ressources n’ont jamais fait l’objet d’évaluations tant en ce qui concerne la pertinence de leur application au regard des besoins spécifiques des étudiants, que de la mesure des effets engendrés en matière de développement des compétences, ni en ce qui concerne la mesure de leur qualité intrinsèque. C’est précisément dans le but de contribuer à solutionner cette problématique que la présente étude a été conduite.

 

Le présent rapport de recherche fait état de tous les travaux ayant permis de procéder à la validation de critères de qualité ainsi qu'aux processus de mesure et d'évaluation de la qualité des pratiques actuelles au sein du réseau de l'Université du Québec. Mentionnons entre autres que ces travaux auront permis de valider 339 critères de qualité des pratiques de formation documentaire. Un sous ensemble de ces critères a pu être opérationnalisé afin d’expérimenter un processus de mesure de la qualité des formations documentaires (101 critères) et de la qualité de la collaboration interprofessionnelle (72 critères) dans huit universités composant le réseau de l’Université du Québec.

 

Le processus d’évaluation de la qualité des pratiques de développement des compétences informationnelles qui a été expérimenté dans six universités du réseau s’est avéré fort concluant selon les membres composant les cercles de qualité de chacun de ces établissements. La mise en commun des rapports produits par les cercles de qualité a permis d’identifier des forces et des opportunités d’amélioration très significatives en matière de pratiques de développement des compétences informationnelles chez les étudiants. À titre de force, rappelons la qualité de la prestation des bibliothécaires-formateurs et leur niveau d’expertise démontrés lors des formations documentaires ainsi que leur relation avec les enseignants universitaires. En ce qui concerne les points faibles, nous retenons principalement la faible collaboration interprofessionnelle et les stratégies pédagogiques actuellement employées dans le cadre des formations documentaires.

 

Dans le cadre de ce rapport, les nombreuses initiatives mises en oeuvre au cours de la dernière décennie pour le développement des compétences informationnelles des étudiants ont été identifiées, de même que la qualité du travail accompli par les bibliothécaires-formateurs. Cependant, l'analyse des différents rapports soumis par les six cercles de qualité ayant participé à l'étude démontre que le travail des différents intervenants impliqués dans le développement des compétences informationnelles s'effectue principalement en silo, ce qui limite considérablement le développement d'un véritable travail collaboratif basé sur un cadre commun de référence et sur une mission commune bien définie. Les principales recommandations émises suite à l'analyse des résultats obtenus en matière de qualité des pratiques de développement des compétences informationnelles au sein du réseau de l'Université du Québec sont de quatre ordres : 1) adoption d'un changement de paradigme dans l'approche actuelle; 2) création d'un espace de gouvernance des pratiques de développement des compétences informationnelles; 3) mise sur pied d'un programme d'amélioration continue des pratiques de développement des compétences informationnelles; et 4) adoption d'outils véritablement collaboratifs.

 

L'une des forces du réseau de l'Université du Québec réside dans la mutualisation de ressources, d’expertises et de services au profit de l'ensemble des établissements. Il est grandement espéré que les résultats de cette étude permettront d'enrichir et de soutenir les nombreuses initiatives en cours ayant trait au développement des compétences informationnelles. Il est également souhaité que les outils développés tant pour la mesure de la qualité des formations documentaires et de la collaboration interprofessionnelle, ainsi que pour l'évaluation effectuée par les cercles de qualité seront de nature à favoriser la mise en oeuvre de programmes d'amélioration continue de la qualité des pratiques de développement des compétences informationnelles. En somme, les travaux conduits dans le cadre de cette étude nous auront démontré que le développement de ces compétences chez les étudiants repose inexorablement sur une véritable collaboration interprofessionnelle.  Il est temps que tous les intervenants associés aux instances et aux services impliqués dans le développement des compétences informationnelles en milieu universitaire conjuguent leurs efforts et leurs moyens afin « d’agir de concert » pour en arriver à instaurer de véritables pratiques collaboratives néccessitant préalablement l'adoption d'un cadre référentiel commun. Rappelons qu'une véritable pratique collaborative se traduit par la mise en oeuvre d'un processus cyclique de co-analyse, de co-définition, de co-réalisation et de co-évaluation.