Conception de la formation et Infrastructure

Conception de la formation et Infrastructure

En ce qui concerne les deux dernières catégories de forces, Conception de la formation et Infrastructure, nous ne sommes pas en mesure de les considérer pleinement à titre de force à l’échelle du réseau en raison de la faiblesse de leur pondération (voir la figure 15 qui présente les valeurs pondérées associées à chacune des catégories de force) ainsi que du nombre restreint des cercles de qualité s’étant prononcés à cet effet. Ces forces s’avèrent davantage représentatives de pratiques de formation documentaire à l’échelle locale.

 

Cependant, il importe de préciser que bien que la Conception de la formation ait été relevée comme une force, elle n’a été établie que dans un seul établissement en termes de cohérence dans le contenu enseigné et sur le choix des méthodes d’enseignement retenues. Cette force démontre néanmoins que des pratiques exemplaires sont implantées isolément dans certains établissements et qu’elles mériteraient d’être déployées dans l’ensemble du réseau. Par ailleurs, il faut noter que des pratiques associées à la Conception de la formation ont également été relevées comme des points faibles par les six cercles de qualité, incluant le cercle de qualité pour lequel cette catégorie représentait une force. Cela s’explique par le fait que lors de leur analyse des résultats, les cercles de qualité disposaient des résultats globaux ainsi que des résultats spécifiques obtenus pour chacun des critères mesurés. Il était donc possible qu’un critère associé à une catégorie présente un résultat élevé (pouvant être interprété comme une force), alors qu’un autre critère, associé à cette même catégorie, se voyait attribué un faible résultat (pouvant être interprété comme un point faible). Les cercles de qualité avaient la liberté d’interpréter les résultats à partir des résultats globaux (par catégories) ou spécifiques (par critères).

 

En ce qui concerne la catégorie de forces identifiée Infrastructure, on observe également que des pratiques qui y sont associées sont identifiées à la fois comme forces et comme points faibles par des cercles de qualité différents. Il est à noter que les commentaires formulés par les étudiants lors de la mesure de la qualité des pratiques de formation documentaire dénotent que l’infrastructure peut devenir rapidement un irritant important pour les étudiants lors d’ennuis techniques (lenteur du réseau Internet, ordinateurs non fonctionnels ou mal configurés, par exemples).

 

Parmi les points saillants de la mise en commun des évaluations des cercles de qualité, la qualité de la prestation des bibliothécaires-formateurs dans le cadre des formations documentaires se démarque grandement dans l’ensemble du réseau, et ce, en raison de la valeur pondérée qui lui a été associée. Par ailleurs, la qualité de la relation entre les bibliothécaires-formateurs et les enseignants universitaires peut paraître paradoxale compte tenu que la collaboration a été retenue comme point faible principal au sein du réseau. Cet aspect sera discuté plus amplement dans la section suivante ainsi que dans le chapitre portant sur les recommandations. La section suivante présente la synthèse de l’évaluation des points faibles relevés par les cercles de qualité.