Collecte des données

La collecte des données s’est effectuée à l’automne 2014 à l’aide de questionnaires construits à partir de la banque de critères validés. Puisque 101 critères permettaient de mesurer la qualité des formations documentaires auprès des étudiants, il était inconcevable de leur demander de se prononcer individuellement sur la totalité de ces critères à la suite d’une formation documentaire. Ces critères ont donc été répartis équitablement dans cinq questionnaires comportant chacun de 20 à 21 questions. Ces questionnaires, numérotés de 1 à 5, sont présentés à l’annexe 5Par ailleurs, l’annexe 6 présente la distribution des critères regroupés sur la base des catégories auxquelles ils ont été associés.

 

Afin de simplifier le travail des bibliothécaires-formateurs qui avaient à distribuer les questionnaires aux étudiants, il a été demandé aux directeurs du Service de la bibliothèque des établissements participants d’indiquer les formations documentaires à retenir pour participer à cette phase de mesure ainsi que le nombre d’étudiants prévus pour chacune de ces formations. Pour chacune des formations, une enveloppe contenant un nombre égal de questionnaires numérotés de 1 à 5 et ordonnés séquentiellement (questionnaires nos 1, 2, 3, 4, 5, 1, 2, 3, 4, 5, etc.) a été préparée, ce qui permettait de simplifier la tâche du bibliothécaire-formateur lors de la distribution des questionnaires tout en assurant une plus grande représentativité dans l’utilisation de tous les questionnaires. Une fois les questionnaires remplis, il a été demandé aux bibliothécaires-formateurs de les déposer dans l’enveloppe prévue à cette fin sur laquelle ils devaient inscrire le nom de l’établissement, le domaine et la discipline, le jour et l’heure de la formation, le type de formation (intégrée ou non à un cours), la durée de la formation, le nombre de séances de la formation et le nombre de participants. Les enveloppes ont été retournées en lot au comité de travail une fois les formations documentaires terminées à la fin d’octobre 2014.

 

La construction de tous les questionnaires a nécessité la reformulation de chacun des critères retenus sous une forme interrogative. Par la suite, une échelle de mesure a été adaptée au contexte particulier de la question posée dans le but de permettre aux répondants de disposer d’un choix de réponses appropriées à leurs perceptions. À cette fin, des échelles Likert à 5, 4 et 2 points d’ancrage ont été utilisées. Ces échelles sont présentées au tableau 21.

Tableau 21: Échelles de mesure utilisées dans les questionnaires permettant d’opérationnaliser la phase de mesure

 

Échelles de mesure utilisées

 

Une valeur numérique a été attribuée à chacun des choix de réponses de chacune des échelles de mesure dans le but explicite de respecter les exigences des échelles de mesure de proportion13 qui sont les suivantes:

les valeurs sont ordonnées, permettant ainsi la détermination du plus grand et du plus petit;

les intervalles entre les points d’ancrage sont égaux;

la valeur zéro est absolue.

 

Afin de déterminer la valeur des points d’ancrage tout en respectant le principe d’égalité des intervalles, il s’est avéré nécessaire de préciser la valeur que devait représenter ces intervalles pour chacune des échelles. La formule suivante été retenue à cette fin:

 

Équation 2: Calcul de l'intervalle requis entre chaque item d'une échelle de mesure

Équation 2

 

Dans cette équation x représente l’intervalle numérique requis entre chacun des points d’ancrage14. Dans une échelle à 5 points d’ancrage ou items, l’intervalle est de 0,25 (soit: 0,25 = 1/ (5-1)). Chacun des points d’ancrage correspond donc aux valeurs suivantes: 1, 0,75, 0,5, 0,25 et 0. Il importe de préciser que cette manière de procéder permet de respecter le postulat que les intervalles entre chacun des points d’ancrage sont égaux15. Cette formule précise la valeur attribuée aux points d’ancrage de chacune des échelles de mesure utilisées. Il importe de noter que l’utilisation d’échelles différentes pour un même instrument de mesure est possible en respectant les conditions suivantes (Bélanger, 2006):

les échelles utilisées respectent les exigences minimales des échelles de mesure d’intervalle ou de proportion;

les valeurs maximales et minimales doivent être identiques pour toutes les échelles.

 

Selon Bélanger (2006), cette technique «offre l’avantage de rendre comparables les résultats obtenus lorsque des échelles d’intervalles différentes sont utilisées dans un même questionnaire» (p. 114). Dans le cas présent, les valeurs maximales et minimales utilisées sont «0» et «1» pour faciliter le processus d’évaluation des résultats, car les moyennes obtenues correspondent exactement à des pourcentages, une méthode de quantification facilement interprétable par les membres composant les cercles de qualité.