Annexe 23 : Recommandations d’amélioration et commentaires formulés par les cercles de qualité à la suite de l’expérimentation du processus d’évaluation des pratiques de formation documentaire

Annexe 23: Recommandations d’amélioration et commentaires formulés par les cercles de qualité à la suite de l’expérimentation du processus d’évaluation des pratiques de formation documentaire

RECOMMANDATIONS D'AMELIORATION CIBLÉES PAR LES MEMBRES DES CERCLES DE QUALITE

Activités d'apprentissage

 

La durée des formations a un impact sur les activités d’apprentissage. Dans une formation d’une heure, il est difficile d’intégrer des exercices. Comme la durée des formations relève aussi de la collaboration avec les professeurs, on peut supposer qu’une meilleure collaboration entraînerait une augmentation du temps accordé aux formations documentaires, et donc une plus grande diversité parmi les activités d’apprentissage. (U2)

Donner des points pour la présence des étudiants, faire une évaluation suite à la formation ou un travail pratique exigeant d’avoir utilisé les bases de données permettrait une meilleure intégration des connaissances. (U2)

Il serait recommandé d’enregistrer une formation documentaire, avec l’écran à côté (pour voir le Power Point) pour les étudiants absents ou pour ceux qui aimeraient revoir une partie de la formation. (U2)

Déposer plus de matériel sur Moodle en collaboration avec les professeurs, que ce soit le matériel de formation ou des activités de perfectionnement. (U2)

Les formateurs doivent être davantage outillés sur les méthodes et stratégies pédagogiques. Pour ce faire, ils peuvent (U6):

Consulter la professionnelle qui forme les professeurs et chargés de cours à la pédagogie

Favoriser les échanges entre formateurs

Faire consensus sur les meilleures méthodes

Faire consensus sur les contenus prioritaires et essentiels; puis, sur les éléments qui sont à la discrétion du formateur (activités pour illustrer ou appliquer les contenus, compléments d’information pour aller plus loin, etc.)

Disposer d’une offre de services présentant les contenus, les activités disponibles en lien avec ces contenus et le temps requis pour chaque élément constituerait (U6):

Un outil énonçant les contenus et activités de formation documentaire disponible

Un outil pour la planification et la promotion de la formation documentaire

Une base pour négocier les engagements en matière de formation documentaire

Un canevas pour concevoir des solutions de formation documentaire adaptées aux contextes durée, nombre d’étudiants, habiletés de départ hétérogènes et inconnues, etc.) et environnements (en laboratoire, en classe portable, sans ordi.) possibles

Cours de formations documentaires intégrés dans le cursus (U4)

Offrir des contenus de formation documentaire en ligne en s’associant avec les autres bibliothèques du réseau de l’UQ (U4)

Évaluer et noter les notions vues lors des formations (U4)

Arrimer les formations avec les activités/travaux des cours (U4)

Allonger la durée des formations à l’intérieur des cours lorsque possible (U4)

Que les formateurs s’informent à l’avance des besoins des étudiants auprès du professeur de façon systématique (U4)

Être sensible à la dimension linguistique lors des formations car les bases de données offertes donnent majoritairement accès à des ressources en anglais (U4)

 

Collaboration

 

Rendre les formations récurrentes et intégrées aux plans de cours cadres permettrait une meilleure collaboration avec les professeurs (U2)

Cela permettrait également une stabilité dans l’offre des formations, puisqu’elles cesseraient de dépendre en partie des chargés de cours nommés chaque année (moins de variation dans l’offre de formations offertes d’une année à l’autre) (U2)

Meilleure collaboration avec les STI afin d’obtenir plus de support dans l’intégration des TIC aux formations documentaires(U2)

Le service de bibliothèque doit contribuer à (U6):

L’implantation de la formation documentaire de façon plus systématique dans les divers programmes de l’[Université];

Proposer une offre de formation documentaire dont les contenus en lien avec les objectifs sont mieux définis.

Cibler pour chaque programme le cours qui permet de rencontrer tous les étudiants en 1ere année, 1ere session (curriculum mapping); (U6)

Tenter de négocier davantage avec le professeur encadreur du cours afin d’insérer la formation documentaire dans le plan de cours cadre; au lieu de négocier avec chaque chargé de cours de ce même cours. (U4)

Baliser les rôles de chacun (professeur VS bibliothécaire) (U4)

Favoriser la collaboration interprofessionnelle: la possibilité de valider le contenu par un spécialiste en technopédagogie ou entre bibliothécaires (U4)

 

Autres

 

Rédiger un résumé de l’étude aux fins de diffusion aux professeurs (afin qu’ils voient l’ampleur et l’importance des résultats: réinvestissement) (U4)

Considérer à repasser le questionnaire compte tenu du faible taux de participation à l’[Université] et du travail colossal de la confection du questionnaire (U4)

 

 

COMMENTAIRES SUR LE PROCESSUS EMIS PAR LES MEMBRES DES CERCLES DE QUALITE

 

Il ne fut pas toujours évident de distinguer importance et excellence des critères, puisqu’à cette étape, l’importance des critères était à prendre en considération dans la définition de leur excellence. (U3)

Des fichiers Word auraient été plus efficaces pour nos manipulations. (U3)

Le comparatif Réseau UQ aurait dû être intégré dans les résultats pour chaque critère et facette. (U3)

Il y a trop de critères pour aisément identifier l’excellence. (U3)

Le document de référence pourrait être plus clair dans la façon de déterminer l’excellence. (U3)

L’importance de certains critères est à revalider. Certains critères peuvent être importants sans être utiles à un cercle de qualité. (U3)

Certains critères se ressemblent trop. (U3)

Les numéros des critères ne reflètent pas celui de la facette (ex. critère 2.09 sous la facette 4). Ce qui nuit à la fluidité des discussions. (U3)

Les membres du cercle de qualité étaient unanimes à reconnaître la qualité des nombreux outils fournis pour procéder à l’exercice d’évaluation (U1)

Un des professeurs souligne que cet exercice d’évaluation est à l’image du lien de collaboration qu’il développe avec le bibliothécaire. Il se désole de constater que ce n’est pas le cas pour tous, en espérant que cet exercice contribuera à améliorer cet aspect (U1)

Nous convenons que la constitution du cercle, formée de professeurs qui intègrent la formation documentaire à leur cours, ne représente pas nécessairement l’ensemble des pratiques en cours. L’exercice demeure toutefois significatif. (U1)

Au terme de la rencontre, il est évident qu’un plan d’action spécifique aux activités de notre institution devra être mis en place (U1)

Les bibliothécaires constatent que le rapport ne permet pas d’identifier le lien entre les conditions dans lesquelles se sont effectuées les prestations et les résultats obtenus. Par exemple, est-ce que les répondants étaient majoritairement en classe plutôt qu’en laboratoire lors de la mesure? Il faudrait qu’il y ait autant de types de questionnaires qu’il y a de contextes de formation (ex: 1 en classe, 1 en laboratoire). Les formations en consultation individuelle devraient aussi être couvertes. (U1)

Il est important de faire intervenir la formation documentaire à l’intérieur d’un cours, juste au bon moment, pour que l’impact de l’intervention du bibliothécaire soit réel sur les apprentissages des étudiants. (U1)

Nous aurions aimé que l’accent soit mis davantage sur les solutions et les recommandations à apporter aux problèmes dans cette rencontre. (U2)

Nous aurions aussi aimé connaître le nombre total de personnes consultées parmi chaque catégorie de répondants soit les étudiants, les formateurs et les professeurs. Ainsi nous aurions pu juger plus facilement de la représentativité. (U2)

Nous aurions aimé avoir plus de détails sur la méthodologie utilisée pour obtenir les résultats (échelles de mesure). (U2)

Nous aurions aimé savoir comment le pourcentage a été calculé à partir des différentes échelles de mesure. À ce sujet, il aurait été intéressant de passer plus de temps à discuter de la méthodologie et de l’analyse des résultats lors de la formation préparatoire au cercle de qualité. (U2)

Dans la façon de présenter les résultats, nous aurions aimé voir le nombre de personnes ou le pourcentage de personnes ayant répondu aux différents choix de l’échelle de mesure (par exemple, voir le nombre de personnes ou le pourcentage de personnes ayant répondu «fortement en accord, modérément en accord», etc.) (U2)

Il aurait été intéressant de savoir, pour chaque question, si elle était destinée à un groupe de répondants uniquement ou à plusieurs. (U2)

En comparant les données du Réseau UQ aux données de l’[Université] nous avons constaté qu’il semblait y avoir un faible taux de réponse dans les autres institutions. (U2)

Les professeurs et les étudiants participant au cercle de qualité proposent qu’il y ait davantage de formations documentaires offertes hors cours, par exemple pour poursuivre l’accompagnement des étudiants suite à la formation documentaire. (U6)

L’évaluation des contenus de formation est critiquée par les étudiants, mais appréciée par les membres du corps enseignant et les formateurs qui l’ont adoptée. (U6)

Certains étudiants sont moins à l’aise que d’autres avec les concepts et les ressources documentaires (par exemple: qu’est une base de données?) (U4)

La période allouée à la cueillette des résultats était trop courte compte tenu du calendrier des formations offertes à l’automne 2014 par la Bibliothèque de l’[Université] (U4)

Le contexte des formations évaluées différait beaucoup l’une de l’autre lors de la période du sondage (hors campus, formation obligatoire ou non). (U4)

Les résultats des professeurs et des étudiants devraient être distincts afin de faciliter l’interprétation des résultats (U4)

Méthodologie: choix des critères d’évaluation (facettes) (U4)

Peu de répondants, alors il est difficile de dégager des tendances. (U4)

La distribution des différents questionnaires n’a pas été répartie de façon égale, donc moins de participation pour certaines réponses. (U4)

Avoir fait un questionnaire en ligne. Le cercle de qualité pense que l’utilisation d’un questionnaire en ligne aurait facilité la participation et la compilation des résultats, du moins dans le contexte de l’ [Université] (U4)

La période choisie pour sonder les professeurs et les chargés de cours n’était pas idéale (du 5 au 19 décembre 2014). (U4)

Questionnaire trop long dans un contexte de formations relativement courtes (60-90 minutes) (U4)

Cette étude sera utile et pertinente pour le milieu. (U4)

Beau projet d’envergure: processus de recherche très rigoureux qui a exigé une somme de travail considérable que le cercle de qualité peut mesurer. Bravo! (U4)

Les 2 chargées de cours associées au cercle de qualité ont perçu les résultats comme étant difficiles à interpréter. (U5)

Conclusions difficiles à tirer étant donné le nombre très peu élevé de répondants. (U5)

Plusieurs questions portent sur des sujets que ne connaissent pas les étudiants, ce qui laisse présumer que leurs réponses à ces questions sont relativement aléatoires. (U5)

Parmi les éléments de réponses «Je ne sais pas» n’en fait pas partie, ce qui aurait permis de préciser le degré de connaissance des étudiants par rapport au sujet de la question posée. (U5)

Pour une meilleure qualité de réponses en lien avec le taux de participation des étudiants, il aurait été préférable d’imposer l’obligation de répondre au questionnaire. (U5)

Globalement, les résultats concernant nos pratiques de formation documentaire semblent positifs. (U5)

Les résultats sont significatifs, mais non représentatifs car le taux de participation observé est très faible. (U4)

Les résultats de l’[Université] sont malgré tout très ressemblants aux résultats de l’ensemble des UQ (U4)

L’accès aux services d’un bibliothécaire semble très facile à l’[Université] (U4) (comparativement à une plus grosse université […])

Les résultats témoignant d’une faible collaboration entre bibliothécaire et professeur pourraient être expliqués ainsi: les professeurs semblent démontrer une grande confiance envers les bibliothécaires. (U4)

Il n’y a pas beaucoup de participants (N), il est donc difficile de tirer une conclusion qui s’applique à l’ensemble de l’[Université] vu le faible taux de participation. (U4)

La faible collaboration qui ressort des résultats ne semble pas représentative de la réalité (par exemple sur le critère de la collaboration entre bibliothécaire et professeur, le faible pourcentage s’explique en partie dû au fait que ce dernier fait confiance au bibliothécaire). (U4)

Selon la collaboration entre professeur et formateur quant à l’identification des besoins des apprentissages des étudiants, les résultats pour la facette 7.10 ne sont peut-être pas représentatifs car les professeurs et étudiants ont répondu (n=18). (U4)

Les étudiants peuvent valider s’il a eu collaboration ou non entre l’enseignant universitaire et le bibliothécaire (facettes 7.08 et 7.11) car parfois les exemples utilisés lors des formations ne sont pas adaptés au contexte du cours ou des objectifs. (U4)

Selon les étudiants (commentaires 694 et 907 des résultats de l’[Université]), le débit très rapide des formations ne permet pas une assimilation complète des notions. Données très présentes dans les résultats des UQ (commentaires 149, 186, 204, 218, 340, 358, 362, 373, 962, 1000…) et moins présentes dans les résultats de l’[Université]. (U4)

Il y a souvent une baisse d’intérêt des étudiants dans le contexte d’une formation générale car nous trouvons des étudiants provenant de secteurs disciplinaires différents. (U4)

Les locaux avec ordinateurs ne sont pas toujours disponibles pour les formations documentaires. (U4)

Les groupes d’étudiants sont de plus en plus nombreux dans certains secteurs disciplinaires. (U4)

La connexion sans fil n’est pas toujours fiable dans certains secteurs de l’université (U4)